Partagez | 
 

 Autopsie d'un coeur ◗ Hiroto&Chidori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité





Posté le Dim 4 Aoû - 11:37


Encore une nuit blanche.
Chidori s’épongea le front avec une serviette et se mouilla les tempes avec de l’eau froide. Elle était au bord de l’épuisement semblait-il, mais ce n’était que façade. S’il eut fallu faire un cent mètre en cet instant, elle l’aurait fait ! Elle avait une constitution de belette mais avait beaucoup d’endurance, ce qui était utile lorsqu’on était médecin légiste et qu’on enchaînait trois autopsies urgentes sans se reposer une minute.
La jeune femme remit des gants et ouvrit un des tiroirs de la chambre mortuaire. C’était l’heure de la quatrième, la dernière. En effet, quatre corps avait été retrouvés il y a deux jours à Ikebukuro, et elle avait été chargée de s’en occuper. Or, il s’agissait des corps de plusieurs policiers infiltrés, ce qui laissait croire qu’ils avaient été découverts. Voilà pourquoi les autopsies étaient plus urgentes que d’habitude.

Elle poussa le macchabée sur un chariot et dût se débrouiller toute seule pour l’installer sur la table d’autopsie. Ses assistants n’étaient pas là, elle était seule. Six heures du matin approchait, et Chidori en avait encore pour des heures. Elle n’avait même pas mangé un morceau, mais elle s’en fichait, le travail d’abord. Elle se devait d’être rapide, mais également précise, ne rien laisser au hasard. Bref, être rapide sans se précipiter. C’était tout un art.
Le Dr Nakamura, une fois le cadavre installé, le déshabilla en enveloppant toutes les affaires dans des sacs. Le labo se chargerait de les analyser. Elle, n’était concernée que par le défunt. La jeune femme passa ensuite de longues minutes à observer, passa chaque millimètre du corps au peigne fin pour recueillir des indices. Elle récolta des cheveux, une sorte de sable et du rouge à lèvres. Elle ne fit cependant aucune déduction dans sa tête. Elle ne souhaitait pas empiéter sur le travail des enquêteurs. Enfin d’un enquêteur, surtout. Mais ne nous attardons pas...

La défunt avait reçu un énorme coup à la tête. Elle prit la plaie en photo, la nettoya puis la reprit en photo. Maintenant, elle devait faire un travail particulier. Pour déterminer l’arme du crime, il fallait savoir précisément la forme exacte de la blessure. Pour ceci, rien de plus simple : couper la tête et la faire cuire.
La jeune femme se chargea de découper la tête avec application et la mit dans une sorte de marmite à haute température. Ayant recueilli tous les indices sur la tête, prélevé des cheveux et tout et tout, le crâne serait plus utile à présent. Maintenant elle devait attendre. Elle en profita pour faire un coup de ménage mais aussi continuer son examen du corps.

Des heures plus tard, c’était cuit. Avec une sorte de louche à trous, elle se préparé à retirer la tête, devenu un crâne recouvert d’une drôle de matière blanche. Pile à ce moment-là, la salle s’ouvrit et Chidori se retrouva nez à nez avec l’enquêteur qui suivait l’affaire. Elle faillit en lâcher le crâne.
« B-Bonjour... »
Ah. Il se trouvait que la jolie Chidori avait un faible pour l’enquêteur en question... Ce qui compliquait un peu les choses.


avatar
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://m-ikebukuro.forumactif.fr

❖ Avatar : Katô - sexy - Shigeaki
❖ DC : Aucun
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 25 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : Inspecteur de Police
❖ Fiche & Relations : UC



Posté le Dim 4 Aoû - 12:01
Quatre policiers morts en si peu de temps. La vie à Ikebukuro devenait de plus en plus incertaine. Mais Hiroto n'avait pas le temps de pleurer ses anciens coéquipiers ou de faire une minute de silence en leur faveur, les cas de kidnappings, viols et autres meurtres étaient vraiment en augmentation depuis quelques temps. A croire que les gens d'Ikebukuro voulaient faire passer le quartier pour le plus insécuritaire de Tôkyô. Pourtant, il y avait des tas de choses intéressantes à faire dans les environs. Ne serait-ce que se balader du côté d'Ikebukuro West Gate Park … Enfin, ça c'était avant que ces voyous de Gboys&Girls ne prennent la zone d'assaut et installent leur QG non loin, d'après les rumeurs. Mais il y avait aussi le magnifique temple et son parc, les nombreux centres commerciaux, et même la célèbre librairie Junkudô, célèbre jusqu'à l'autre bout du monde, en France. Mais bon, avec tout ce qui se déroulait en ce moment dans les rues sombres du quartier, plus personne n'avait envie de s'installer ici et même certains locataires déménageaient brutalement pour aller s'installer du côté de Ueno ou de Shinjuku. Hiroto, lui, travaillait depuis plusieurs années au commissariat du quartier, était né et avait grandi à Ikebukuro et il ne quitterait pas les lieux comme un lâche. Il était flic et il comptait bien résoudre un maximum d'affaires sur le terrain, quand bien même était-il aveugle.

Actuellement, les autopsies de ses quatre collègues avaient lieu. Hiroto tournait en rond. Il avait dû rentrer chez lui après avoir été informé que l'autopsie durerait bien toute la nuit, et que s'il voulait avoir les idées claires pour élucider les mystères planant autour de ces quatre meurtres, il lui faudrait avoir eu son quota d'heures de sommeil.
Mais il avait eu du mal à le trouver, son sommeil. Son cerveau était en ébullition, et il n'avait réussi à s'endormir qu'aux alentours de trois heures du matin, après avoir dévoré une dizaine de chapitres du livre qu'il était en train de lire actuellement. Et au petites heures du matin, il était déjà debout, en train de prendre une douche rapide et d'avaler un petit-déjeuner en quatrième vitesse. Il était déjà sur le qui-vive alors qu'il avait dû dormir trois heures et demi tout au plus. Son boulot était trop prenant, et la fatigue se lisait aisément sur son visage, entre ses yeux épuisés, les cernes bien dessinées juste en dessous, le teint pâlot et le visage un peu amaigri. Il ne prenait pas trop le temps de prendre de véritables repas ces derniers temps, mangeant souvent sur le pouce entre deux enquêtes ou deux interventions.

Ni une ni deux, le jeune inspecteur attrapa la laisse de Kuro, l'attacha soigneusement à son collier sans que celui-ci ne bronche, et quitta son petit appartement situé non loin du commissariat. Mais ce matin-là, il allait directement se rendre dans le bâtiment rattaché à celui-ci, réservé aux autopsies. Hiroto avait donné les directives à Kuro qui le guidait tranquillement dans les rues du quartier. Le chien connaissait sans doute mieux les lieux que son maître à force de le guider ça et là …
Le jeune homme ne tarda pas à arriver à bon port. Il leva le bras pour ouvrir la porte en face de lui, et demanda à son chien de le guider jusqu'à la salle mortuaire. La jeune médecin-légiste Nakamura devait déjà s'y trouver. Elle avait dû passer la nuit là avec ses assistants pour analyser les corps.
Hiroto pénétra donc dans la salle, très silencieuse. Il décela rapidement les mouvements de la jeune femme non loin de lui, et entendit son « bonjour » un peu hésitant. Bizarrement, lorsqu'elle s'adressait à lui, elle semblait toujours avoir une certaine réserve, une timidité assez évidente. Hiroto n'avait jamais compris pourquoi.  « Bonjour Dr Nakamura. Vous êtes seule ? Vos assistants ne vous ont pas soutenue durant la nuit ? » Effectivement il n'avait entendu que la voix de la jeune fille, et s'il y avait eu d'autres personnes, il y aurait plus de bruit et il aurait reçu d'autres salutations polies, sans aucun doute.


Invité





Posté le Dim 4 Aoû - 17:46


Évidemment.
Chidori se sentait rarement chanceuse. Encore moins en cet instant où son enquêteur préféré la surprenait en pleine cuisson d’une tête. Heureusement - enfin malheureusement quand même - il ne pouvait voir ce qu’elle faisait. Le jeune Watanabe était en effet malvoyant, ce qui ne changeait rien aux sentiments de Chidori de toute façon. Le médecin légiste cligna des yeux plusieurs fois, inspira lentement et détourna le regard de Hiroto. Mieux valait observer autre chose que son beau visage si elle voulait être concentrée.
« J’ai dit à mes assistants d’aller se reposer. Deux jours sans dormir et ils commencent à faire des bêtises ! »
« Venez. » fit-elle.

Elle le conduisit auprès des quatre corps, disposés les uns à côté des autres sur quatre tables d’autopsies différentes. C’était une grande salle qui avait été rénovée il y a peu de temps et pouvait donc accueillir tout ce monde. Auparavant, il n’y avait que deux tables.
La jeune femme posa le crâne auprès de son propriétaire et s’empara de son carnet avec ses notes. Elle se positionna ensuite près du premier corps, puis au fur et à mesure qu’elle énumérait les noms, jusqu’au dernier.
« Kurosaki Dan, Yamada Junpei, Sasaki Naoki et enfin Satô Shigeaki. Les trois premiers ont visiblement été exécuté d’une balle dans la tête. Les douilles ont été retrouvées sur la scène de crime et j’ai retiré trois balles identiques de leurs crânes. »
Elle désigna une plaque posée sur le bureau, à trois mètres de là, où les balles écrasées brillaient doucement à la lumière blanche de la salle.
« Mais intéressons nous de plus près à M. Satô. Bien qu’il ait été retrouvé dans la même position que ses camarades, il a été tué différemment. J’ai relevé des traces de brûlures sur ses bras et son ventre et on lui a fracassé le crâne avec un objet contondant. Cependant, ni l’un ni l’autre ne l’ont tué... Il est mort noyé. J’ai envoyé un échantillon de l’eau trouvée dans ses poumons au laboratoire, pour qu’on définisse d’où elle prévienne, mais j’ai ma petite idée. »

Bon d’accord, elle n’avait pas à dire ses idées. Mais Chidori avait bien envie d’impressionner son cher inspecteur, qui ne s’était jamais intéressé à elle. C’était peut-être une méthode stupide, mais sur le moment elle n’avait rien trouvé d’autre. Et puis il lui semblait important pour la victime qu’on s’intéresse de près à son cas.
« Je pense qu’il a été torturé. Brûlé par des cigarettes, puis probablement noyé la tête à intervalles plus ou moins réguliers dans la cuvette des toilettes. Comme une sorte d’interrogatoire qui aurait mal tourné. Je précise que le crâne fracassé est une blessure post-mortem. On s’est acharné sur M. Satô, j’en ignore la raison mais on devait le détester plus que les autres. »
La jeune femme se tut et leva les yeux vers Hiroto. À ce moment, son chien Kuro vint frotter sa tête contre les jambes de Chidori. Celle-ci s’accroupit et lui caressa la tête avec précaution. Hiroto avait bien de la chance d’avoir un tel compagnon... Et vice-versa.


avatar
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://m-ikebukuro.forumactif.fr

❖ Avatar : Katô - sexy - Shigeaki
❖ DC : Aucun
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 25 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : Inspecteur de Police
❖ Fiche & Relations : UC



Posté le Dim 4 Aoû - 19:06
Hiroto était planté là, bras ballants, au niveau de l'entrée de la salle d'autopsie. Le médecin-légiste semblait être seule, et l'inspecteur s'était permis de lui demander pourquoi. La jeune femme -enfin, d'après ses souvenirs, elle était son aînée d'un an, avait laissé un léger silence avant de répondre, et lui avoua qu'elle les avait sommé d'aller se reposer, car après deux jours sans dormir, leurs raisonnements semblaient faussés. Hiroto esquissa un léger sourire en entendant cela, c'était un peu pareil avec sa propre équipe. C'était toujous les plus impliqués qui pouvaient le plus se passer de sommeil. Quand on ne bossait pas dans la police avec une grande passion ou un véritable leitmotiv, on avait tendance à surveiller l'heure des pauses-repas et les jours de congé. Hiroto, cela faisait bien longtemps qu'il ne faisait plus du tout attention à ce genre de détails.  « Je vois. Et vous, le manque de sommeil ne se fait pas trop ressentir ? » dit celui qui venait de se faire une nuit de trois heures.

Puis la jeune médecin lui indiqua de la suivre et il se laissa comme à son habitude guider par Kuro qui suivait docilement la jeune femme. Il imaginait qu'il devait être en face des quatre tables d'autopsie. Il distinguait vaguement leurs contours devant lui, mais la lumière blanche caractéristique des salles médicales lui faisaient plisser les yeux car il la trouvait trop forte. Se concentrant à nouveau sur la situation présente, il écouta le docteur Nakamura énumérer un à un les noms de ses défunts collègues, et il eut un léger pincement au cœur. Tous étaient ses aînés, des vétérans dans la police, et ils lui avaient beaucoup appris. S'il s'était douté que leur mort arriverait si tôt, il les aurait remercié bien plus proprement. Mais comme Hiroto était nul pour tout ce qui relevait du social, même un simple merci d'un officier à son supérieur devenait une tâche compliquée pour lui, ne sachant jamais trouver les bons mots. D'après les dires du docteur Nakamura, Kurosaki, Yamada et Sasaki avaient été tués par balle. Cependant, elle n'avait rien évoqué concernant le dernier, Satô. Avait-il donc été tué différemment ? Il n'eut pas le temps de poser la question qu'elle y répondit aussitôt, détaillant les coups et brûlures reçues par l'ancien policier. Mort … Noyé ?? Après avoir subi des coups et des brûlures ? Qui pouvait être assez sadique pour infliger autant de torture à une seule personne, qui plus est un membre des forces de l'ordre ? Mais il fallait dire que Satô était un homme bourru, il faisait impeccablement bien son travail et il était haï de tous les voyous et même la pègre, parce qu'il était particulièrement efficace et intuitif. C'était lui qui avait enseigné le plus de choses à Hiroto, avec Yamauchi également, le père du jeune Takumi. C'était peut-être pour ça qu'on s'était acharné sur lui ? Un règlement de compte ?  « Quelle est votre suggestion ?» demanda-t-il lorsqu'elle laissa sous-entendre qu'elle avait une hypothèse.

Selon elle, il aurait été torturé à coups de brûlures de cigarette, avant d'avoir été noyé dans la cuvette de toilettes. Quant à la blessure crânienne, elle était post-mortem. Il trouvait tout de même cela inhumain de fracasser le crâne de quelqu'un qui était déjà mort. A quoi bon s'acharner sur un défunt ? La mentalité de certaines personnes le dégoûtaient vraiment.  « Je vois. C'est une issu plausible effectivement. Satô n'était pas très aimé des petites frappes et des Yakuza. Il fourrait un peu trop son nez dans leurs affaires, selon eux. Il prenait beaucoup de risques. Un règlement de comptes était donc inévitable. » Mais il était inutile de tirer des conclusions hâtives. Les indices remonteraient au labo et auprès d'autres enquêteurs, puisqu'Hiroto était obligé de remettre toutes les opérations visuelles à des collègues confirmés. On verrait bien ce qu'il en ressortirait ….


 

Autopsie d'un coeur ◗ Hiroto&Chidori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une idole célèbre dans le monde entier? Vous êtes sûr? - Hiroto Kazama
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» M I D N I G H T • I K E B U K U R O  :: Fun :: Archives :: RPs-