Partagez | 
 

 "Je ne suis plus une gamine" (ft. Matsuda Shin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org

❖ Avatar : Maeda Atsuko
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 21 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : membre des G-Boys&Girls
❖ Fiche & Relations : Passé et Présent



Posté le Ven 26 Juil - 3:21
Cela faisait trois beaux mois que je n’avais pas revu Shin. Depuis le jour où il m’avait giflé en me traitant de faible, j’avais décidé que ça devait cesser vraiment. J’en avais ras le bol de me faire maltraiter par tout le monde, surtout depuis que j’avais fui cet orphelinat maudit. Je ne comptais plus me laisser faire, ni paniquer comme je l’avais fait en le rencontrant. Je n’étais plus une gamine alors avec l’aide d’un G-boy j’avais appris à me défendre, plutôt bien d’ailleurs. Je n’avais pas la force de Shin mais au moins la prochaine fois je ne me laisserai pas faire aussi facilement. Sauf que je n’avais pas revu sa sale tête qui bizarrement me manquait un peu. Sans doute parce que j’avais envie de me venger. Shin était la seule personne au monde avec qui j’avais un lien même s’il était plutôt ambigu. Il faisait malheureusement partie de mon existence et je m’étais résigné à l’idée que je le reverrai toujours quand il m’avait retrouvé. Apparemment je serai collée à lui jusqu’à la fin de mes jours. Et puis merde, pourquoi est ce que je pensais à lui ? C’était une si belle journée où j’étais seule et tranquille je devais en profiter. Je me mis à mâchouiller mon chewing-gum que j’avais chipé quelque part, et fit exploser une bulle avec. Une belle journée mouais…
 
Les mains dans les poches, je trainais dans les rues à la recherche d’un truc à voler. Je pensais précisément à des fringues, puisque les miens commençaient à être beaucoup trop usés. Je ressemblais à pire qu’une pouilleuse. Même un clochard était plus à la mode que moi. Habituellement je m’en fichais largement, mais j’en avais marre d’être prise pour une crotte par tout le monde. Et puis zut j’étais une fille, j’avais le droit d’avoir envie d’être jolie non ? En plus je n’avais pas envie que Shin se moque de moi lorsqu’il me verrait. Mouais... ça ressemblait trop à une fausse excuse… Peu importait Shin, je continuais ma route et passais devant les vitrines. Je m’étais arrêté pour observer avec envie une paire de baskets neuves mais mon reflet hurlait presque que je n'étais pas faite pour elles. De toute façon, ça ne servait à rien que je passe par là, je n’allais même pas pouvoir passer le seuil du magasin fringuée comme j’étais. Ca se voyait trop que je venais d’un endroit mal famé. Je tournais les talons, de toute façon c’était désespéré autant retourner là d’où je venais au moins je ne faisais pas tache là bas. Je repris tranquillement ma route quand quelqu’un m’interpella.
 
« Hey Tenshi ! Attends ! »
 
D’où il connaissait mon nom lui d’abord ? C’était un garçon qui semblait avoir à peu près mon âge. Sa tête me disait vaguement quelque chose mais j’avais du mal à savoir qui c’était. Dans tous les cas son expression et la façon dont il s’approchait de moi ne m’inspirait pas confiance. Ca devait surement être un de ses sales gosses de l’orphelinat, personne d’autre ne me connaissait. Pour le moment je préférais battre en retraite pour lui tendre un piège. S’il croyait que j’allais me laisser faire comme avant il se mettait le doigt dans l’œil. Je courus aussi vite que je pus pour faufiler dans une ruelle qui allait derrière les magasins et bien sur il m’y avait poursuivi. Il n’aurait aucune chance s’il était seul, je fis semblant donc d’être désemparée pour le laisser s’approcher de moi. Dès qu’il fut assez près, je cessais la comédie et sortis les techniques qu’on m’avait apprise. Je le pris rapidement par les épaules et lui donna un coup de genou dans l’abdomen. Pendant qu’il se tordait de douleur j’en profitais pour lui frapper dans le dos afin de le faire tomber à terre avant de le ruer de coups. Je sentais mon sang bouillir dans mes veines, et laisser toute ma haine se déchaînait sur lui. Je voulais qu’il paye et qu’il fasse comprendre aux autres qu’on était plus à l’orphelinat et que je n’étais plus la gamine qui se faisait maltraitée. Satisfaite de l’avoir tabasser comme il se devait, je lui crachais mon chewing-gum sur la tête pendant qu’il rampait à terre.
 
« Et tu diras aux autres de plus venir me faire chier, OK ? On ne s’attaque pas à une G-Girl »
 
Je sursautais en entendant quelqu’un applaudir derrière moi. Si on m’avait vu j’allais avoir des problèmes. Je m’attendais à tout sauf voir Shin apparaitre derrière moi. Décidément j’étais pire que malchanceuse, mais cette fois je ne comptais pas fuir.


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Ven 26 Juil - 12:10
En gros mes journées se ressemblent toutes, que ce soit à l’orphelinat ou ici... Je m’embête! Les autres, enfin, ceux avec qui je traine d’habitude sont soit aux cours, soit à leur boulot. Et moi, je me promène dans les rues les mains dans les poches. Regardant les vitrines des boutiques. Surtout le magasin de vêtement féminin. Ca me rappelle Tenshi. Mon souffre douleur personnel. Je ne comprenais pas la raison pour laquelle elle s’était enfuit de l’orphelinat, d’une certaine façon, je la protégeais des autres et elle avait toujours les meilleurs vêtements vu que je décidais de ce qu’elle devait porter. Pourtant en y réfléchissant, la garce ne les mettait jamais. Et après elle osait se rebeller car elle se ramassait une simple gifle.

C’est donc naturellement que je me retourne à l’entende de son prénom sur le trottoir d’en face. Une fille qui a la même silhouette qu’elle se met à courir en direction d’une des ruelles du quartier poursuivit par un garçon qui me donne l’impression de le connaître. Vu que je n’ai rien à faire de s’y passionnant pour l’instant, je les suits à distance.

Un sourire cruel se dessine sur mes lèvres lorsque je reconnais le mec. C’est l’un de ceux qui ont eu droit à une correction de ma part quand j’ai apprit ce qui était arrivé à mon jouet. Ca remonte y a plus de cinq mois maintenant. Je sens encore cette pulsion qui s’est emparé de moi quand j’ai attrapé la barre en fer et que je l’ai frappé lui et ses potes. C’était le bon vieux temps, maintenant, je ne faisais plus ça. A part voler pour survivre et espionner. Rien, en gros je m’embête comme un rat mort.

La fille combat bien mais elle me rappelle étrangement Tenshi. Si c’est vraiment elle, il va falloir que je lui trouve des vêtements, elle ne ressemble à rien. Je vais pour intervenir quand je la vois donner le coup la première. Restant dans l’ombre, je regarde le combat faire rage, et c’est la fille qui a le dessus. Si j’avais des doutes sur son idenditée, son comportement sauvage et la phrase qu’elle lui dit alors qu’il est à terre, me prouve que j’ai raison. C’est bien elle.


Clap Clap Clap

J’applaudis, c’est la première fois qu’elle réussit à mettre quelqu’un par terre comme ça. Je suis éblouit par sa façon de se battre. Et dans ma tête, une question tourne en boucle en la voyant se tourner vers moi. Pourquoi n’a-t-elle jamais répondu ainsi avant? Puis, la dernière fois que je l’ai voulu, elle voulait que je la tue. Ma réaction fut de la gifler et de la traier de lache. Nul ne sait par contre, que sa phrase m’a fait horriblement mal. Mais maintenant, elle n’est plus cette être fragile pour les autres, pour moi, je sais qu’un simple geste et elle se remettra à me supplier d’arrêter.

Le mec est par terre, coucher sur le dos avec la chiclette dans ses cheveux. Une grimace déforme mon visage, alors que je me mets accroupi au-dessus de lui. Je le regarde gentiment, attendant qu’il ouvre un oeil. Et là, c’est le moment que je préfère. Il hurle en me reconnaissant. Ca me fait rire, j’aime provoquer la peur chez les autres. Je lance un regard à Tenshi pour voir si elle va s’enfuir de nouveau ou juste regarder ce qui va arriver à celui qui a osé penser jouer avec elle. J’approche ma tête de l’oreille de l’intru et lui murmure d’une voix cruelle[i]"Il me semblait avoir été bien clair. On ne touche pas à mes jouets. Et elle, pas de chance pour toi, est mon jouet préféré."[i]Mon canif se retrouve dans ma main, et je l’approche doucement du visage du garçon.
"On va jouer à un jeu. Si je n’aime pas ta réponse, je te coupe une oreille, tu en penses quoi?"A part trembler, il ne fait rien d’autre. Et sa réponse ne me plait pas. Je lève donc mon regard vers Tenshi et c’est là que je m’apperçoit de son accoutrement. Je lâche l’autre et me relève. C’est pas comme si je l’avais oublié, loin de là. Il va payer autrement. Mes pieds se retrouvent sur son torse et sa tête. Tempi si il souffre, tempi si je lui casse quelque chose. J’appuis bien avec mon pied sur son nez avant de m’approcher d’elle. Et la montre du doigt avant de soupirer et d’enlever son sweat pour lui lui envoyer.

"Mets ça sur ton dos, pouilleuse. Tu me fais honte."


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org

❖ Avatar : Maeda Atsuko
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 21 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : membre des G-Boys&Girls
❖ Fiche & Relations : Passé et Présent



Posté le Ven 26 Juil - 21:25
Shin s’approchait dangereusement de moi, alors que je fermais les poings, prête à me défendre s’il me fallait. Cependant il continua sur le corps du garçon qui gisait à terre et s’accroupit au dessus de lui. Je n’arrivais pas à comprendre à quoi il jouait là et qu’est ce qu’il voulait vraiment. Ne pouvait-il pas juste passer son chemin au lieu de venir m’embêter ? Ce fut à la réaction du garçon que je compris son manège. Il voulait juste encore terroriser quelqu’un, ca l’amusait de les voir devenir complètement pâle quand il apparaissait. Après tout si on le surnommait le psychopathe à l’orphelinat c’était pour de bonnes raisons, et le hurlement que poussa le garçon lorsqu’il le reconnut ne fit que le confirmer. Moi je m’étais battue pour me défendre mais pour lui c’était sa façon de s’amuser. Nous étions vraiment différents.

Je le vis jeter un œil sur moi, comme pour vérifier que je ne m’étais pas enfuie. Oui mon cher tu pouvais me regarder aussi longtemps que tu voulais de toute façon tu ne faisais plus peur et je ne comptais pas m’échapper comme une faible fille. Même si je perdais en force devant lui je ne ma laisserais quand même pas faire, j’attendais juste de voir ce qu’il comptait faire. Il se mit à menacer – comme à son habitude – le jeune qui terrifié n’osait rien faire. Le pire c’était qu’il était capable de mettre ses menaces à l’œuvre, et mon cœur rata un battement en pensant que je pouvais subir le même sort. Néanmoins je restais immobile sans broncher, je ne voulais pas qu’il se rende compte que j’avais peur.

Shin leva à nouveau le regard sur moi mais cette fois ci de façon plus intense. Au vue de la façon dont il me détaillait, je le suspectais de se préparer à se moquer de ma tenue. Mon visage devint instantanément rouge pivoine. J’avais presque oublié que j’étais accoutré comme une poubelle et que je voulais à tout prix éviter de rencontrer Shin dans ces conditions. Je détournais vite le regard, c’était peut être pas une bonne idée d’être restée là. Ah sérieusement j’étais idiote ! Bien sur il se mit à soupirer avant de me jeter le sweat du jeune qu’il était en train d’écraser.

"Mets ça sur ton dos, pouilleuse. Tu me fais honte."

Je ne savais plus où me cacher et en même temps je détestais qu’il recommence à me traiter comme son jouet. Je ne lui appartenais plus depuis que j’avais décidé de quitter l’orphelinat. En plus je n’étais pas une poupée Barbie – je n’avais même pas l’espoir d’y ressembler de toute façon tellement j’étais moche – qu’on pouvait manipuler à loisir. Et puis mince je n’avais pas à avoir honte de ressembler à une cloche devant lui, surtout lui en particulier pour je ne sais quelle raison stupide. Je lui jetais en pleine figure le sweat qu’il venait de m’envoyer, avant de tourner les talons. Shin allait surement se mettre en colère et me le faire payer mais peu importait, je n’avais plus peur de lui. Je le laissais là bas et marchais tranquillement pour bien lui montrer que je n’étais pas en train de fuir et que je comptais l’ignorer clochardement pour ne pas dire royalement.


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Dim 25 Aoû - 16:36
Quand je reconnus le poursuivant de Tenshi, mon sang ne fit qu'un tour. Il faisait parti de la petite bande à cause de qui mon jouet s'était enfuit de l'orphelinat. Si il était là devant moi, ça voulait donc dire que les autres étaient aussi sortit de notre charmante maison où je faisais la loi. Donc, ma vengeance sera des plus terribles si ils osaient s'en prendre à elle.

Je me mets à les suivre de loin et rigola quand je constate qu'elle n'a pas changé. L'idée d'aller dans une ruelle finissant par un cul de sac, franchement. Il n'y a bien qu'elle pour faire cela.


"Alors, tue-moi."

J'ai cette phrase qui me tourne en boucle dans ma tête depuis la dernière fois où je l'ai vu. Elle était toujours aussi fragile et pourtant, elle ne manquait pas de courage. Mais la voir se battre me coupe le souffle. Depuis quand sait-elle se battre? Pas le temps de me poser trop de question, que nos regards se croisent. Les mains dans les poches je m'approche vers celui qui est à terre tout en souriant de se sourire qui a toujours fait peur. M'accroupie au-dessus de lui en sortant mon canif. Je lui propose de jouer à un petit jeu. Lui rappeler que je suis le boss, lui, n'est rien par rapport à moi. Je ne lui proposerai même pas de lécher mes chaussures qui il faut le dire devraient être nettoyer.

Je souris toujours quand mon regard tombe sur la silhouette frêle de la fille que je me suis juré un jour de protéger vers mes cinq ans. Et là, mon regard s'agrandit sous le choc. D'accord, Tenshi n'est pas vraiment le genre de fille avec qui j'irai bien passé un petit quart d'heure vite fait, loin de là. D'accord, on vit dans la rue. Enfin, moi pas vraiment. Je squatte chez une sublime créature un peu folle dingue et très.. Enfin, vous voyez ce que je veux dire, non? Mais pourquoi porte-t-elle des vêtements dégoûtant? Ils ne prennent pas soin de leur membre dans sa team?

J'attrape le sweat du type couché sur le sol, me redresse tout en n'oubliant pas de marcher sur son nez pour bien l'écraser et le lance à mon jouet préféré. Et là, le choc de ma vie. Tenshi me le relance et tourne les talons pour se mettre à courir.


"Shit!"

Durant trente secondes je la regarde partir en tenant le sweat en main. Et l'autre pense bien entendu que je l'ai oublié. Un bruit de branche cassé me fait me retourner vers lui avec le canif pointé vers lui.

"Vu la marque de tes vêtements, tu dois être plein aux as, non?Bien entendu, il me fait un non de la tête. Ce qui me fait soupirer et m'approcher de lui."On va pas jouer longtemps, ne t'inquiète pas. Passe-moi juste ton fric et tes cartes bancaires avec leur code et je te laisse la vie sauf. Pour cette fois, ça va de soit."

Il ne décide pas à coopérer, il faut donc que j'utilise la manière douce. Ma lame va se planter dans sa main gauche, je l'entends déglutir.

Bon, qu'est-ce que ça porte comme vêtement des filles? Une robe? Peut être bien. Un jean's taille basse lui irait mieux, surtout vu sa petite taille. Tant que j'y suis et vu l'argent que j'ai en billet, je peux bien lui prendre d'autres vêtements. Voyons voir, des vêtements pour tout les jours de la semaine. Qu'est-ce que je ne dois pas faire pour ne pas être prit pour une personne ridicule.

Car bien entendu, je ne fais pas ça pour elle. C'est surtout si des gens que nous connaissons viennent à la rencontrer. Ils risquent de me prendre pour une personne que je ne suis pas. Tenshi a toujours eu tout ce qu'elle souhaitait quand nous étions à l'orphelinat, et je vais continuer. Même si maintenant, je risque de m'amuser encore plus.


Dix magasins après, et un tour chez ma copine actuelle pour lui piquer des vêtements, une brosse à cheveux ainsi que des affaires de filles pour se faire jolie. Je me décide à me mettre à la recherche de Tenshi. Voyons, où est-ce qu'elle peut être? Mes pas me ramène automatiquement près du centre commercial. Dans les sous-sols, personne. Sur le parking personne. Je me décide à passer par le petit parc juste à côté et me prend quelque chose à manger, je vais pour m'installer sur un banc quand bingo.


Dos à moi, elle regarde le paysage. Je souris bêtement et me mets à penser qu'elle est jolie. Avant de secouer ma tête de gauche à droite pour chasser cette pensée absurde. Tenshi n'est pas jolie, elle est moche et grosse. Je lui ai assez répété quand nous étions enfants. Même elle le croit maintenant. Doucement, j'avance vers elle pour me retrouver dans son dos. Les sacs se trouvant dans un sac à dos que j'ai bien entendu acheté. Je pointe la lame de mon canif dans son dos. Et dépose mon autre main autour de son cou. Un couple de passant passe à côté de nous et me lance un sourire comme si il était heureux que je l'agresse... Ou bien pense-t-il que je l'enlace?[/i]

"Tu vas me suivre sans faire d'histoire."


Pas le temps pour elle de protester ou quoi que ce soit. Que mon bras qui lui entourait son cou la relâche pour que ma main puisse attraper sa main. Mon canif se retrouve de nouveau dans la poche de mon jeans déchiré. Et je me mets à la tirer vers les douches publiques. Enfin, je tourne surtout en rond ne sachant pas où elle se trouve dans ce côté si du quartier.

Arrivé à destination, je paye ce qu'il faut à l'entrée pour qu'on ne soit pas déranger avant de la pousser devant moi. Lorsque la porte se referme derrière nous et avant qu'on se retrouve séparer pour se changer, car ils pensent que je vais la laisser seule eux... Je me mets à sortir les différents vêtements que je lui ai acheté ou que j'ai piqué pour elle.


"Rentre dans la cabine!

D'accord, je pourrai être gentil et lui parler gentiment à la place de lui donner un ordre. Mais j'ai toujours été comme ça avec elle. Puis, je suis méchant ne l'oublions pas. Je lui refile les vêtements pour bien entendu finir par les sous-vêtements, juste pour voir sa tête quand elle verra ce que je lui ai prit.

"Compte pas s'enfuir. De toute manière, je viens avec toi à l'intérieur."


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org

❖ Avatar : Maeda Atsuko
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 21 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : membre des G-Boys&Girls
❖ Fiche & Relations : Passé et Présent



Posté le Dim 25 Aoû - 19:35
J’avais vite semé Shin, contrairement à ce que je pensais il n’avait pas cherché à me suivre. Peut être qu’avec le temps il avait changé et ne s’intéressait plus à moi depuis qu’il avait quitté l’orphelinat. Mon cœur se serra en y pensant, pourtant je n’avais aucune raison de me sentir mal. C’était plutôt tant mieux pour moi, j’étais libre maintenant sans Shin pour me traiter comme si j’étais son jouet. Mais mon cœur disait le contraire, j’étais seule maintenant… Enfin je me faisais surement des idées, il m’avait bien poursuivi lorsqu’il m’avait revu la première fois. Alors pourquoi pas cette fois ? Peut être que j’avais dit quelque chose ou fait quelque chose qui ne lui avait pas plu. Je me posais trop de questions qui n’avaient aucun sens. Shin par pitié, sors de ma tête !

Mes pas me menèrent jusqu’à un parc près des centres commerciaux. Machinalement j’allais m’assoir sur un banc pour me reposer. L’endroit était calme, personne n’était aux alentours à part quelques passants qui n’en avaient rien à faire d’une pauvre fille comme moi. J’essayais de me vider l’esprit et d’éviter de penser à cet idiot de Shin pendant un bon moment. Mais même ainsi j’arrivais à sentir son odeur avec le vent qui s’était levé, ça allait finir par devenir une obsession cette histoire. Ma paix fut de courte durée… Je sentis un objet en métal pointé sur mon dos qui semblait être une lame, et sursautais presque en sentant une main passait sur mon cou. Je sus tout de suite de qui il s’agissait avant d’entendre sa voix menaçante m’ordonner de le suivre. J’étais terrifiée, mais même temps une partie – stupide – de moi se réjouissait qu’il m’ait retrouvé. Je devais devenir complètement dérangée dans ma tête à force que Shin joue avec moi…

Je n’eus pas le temps de réfléchir qu’il avait déjà pris ma main pour m’emmener avec lui. Dans le fond je préférais que ma main soit prisonnière de la sienne que sentir son affreux canif. Je le suivis docilement, actuellement trop perturbée par le contact de sa main. Il me trimballa de gauche à droite sans que je ne dise un mot, je n’arrivais vraiment pas à réfléchir à un moyen de m’enfuir de cette sordide histoire. Shin finit par me conduire dans… des douches publiques ? Il me poussa à l’intérieur après avoir payé l’entrée et commença à sortir toutes sortes de vêtements. J’aurai du m’en douter, il n’avait pas supporté de me voir habillée comme ça. Le voilà qui recommençait à me traiter comme si j’étais son jouet mais je n’allais pas me laisser faire cette fois. Il était hors de question qu’il s’amuse avec moi. D’ailleurs il commençait déjà en me disant très « gentiment » de rentrer dans la cabine. Et puis quoi encore ? Je ne comptais pas y aller, de toute façon il ne pourrait pas me frapper ici enfin c’était ce que je croyais.

Shin me donna les vêtements qu’il voulait que je me mette sans oublier les sous-vêtements bien sur… Mes yeux s’agrandirent progressivement en même temps que je me rendais compte que cette espèce de pervers avait même choisi des sous-vêtements ! Je piquais un fard digne d’une écrevisse bien cuite en voyant le petit bout de tissu qui était sensé un slip. Jamais au grand jamais je ne mettrai ce machin pour qu’il s’imagine des trucs dégueulasses ce vicieux fini !

"Compte pas t'enfuir. De toute manière, je viens avec toi à l'intérieur."

"QUOI ?!"

J’avais presque hurlé sous la surprise mais j’étais trop choquée pour dire quoi que ce soit de plus à cet instant. Je n’arrivais même pas à fermer la bouche tellement mon cerveau était passé en mode hors service. J’essayais de vite me faufiler dans la cabine pour refermer la porte avant qu’il ne mette ses menaces à exécution mais il m’en empêcha. C’était comme si je n’avais plus de force dans les bras, j’avais été incapable de résister un tout petit peu et en plus de cela j’étais devenue complètement muette. Je devais avoir l’habitude avec lui mais ses actions continuaient de me couper la voix. Avec le peu de force qui me restait, je pris mon courage à deux mains pour me rebeller. D’abord ces sous-vêtements et maintenant ça ! Je refusais de prendre une douche avec lui à l’intérieur !

"Tu es dingue ! Tu ne penses tout de même pas que je vais te laisser prendre une douche moi ? Il va falloir me passer sur le corps !"

Avec mes petits bras frêles, j’essayais tant bien que mal de le faire sortir de là, mais il ne bougea d’un petit millimètre…

_________________

MAYBE I JUST LOVE YOU ALL THE TIME
♦ by dream's


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Lun 26 Aoû - 7:58
Qu'on ne me dit pas que je suis gentil avec Tenshi, ce n'est absolument pas vrai. Bien entendu, j'ai choisi des vêtements qui lui iront à merveilles. Mais juste pour les sous-vêtements, je l'ai fais exprès de choisir des choses qu'elle ne portera jamais. Puis, il faut bien que quelqu'un décide à l'obliger à se changer. Quand mon regard s'est posé sur elle, elle ressemblait à rien d'autre qu'à une clocharde. J'admets qu'on vit dans la rue, j'admets que je suis un monstre vis à vis d'elle mais au moins à l'orphelinat, elle était toujours bien habillé. Puisque je choisissait ses vêtements avec le plus grand soin. Pas ses trucs hyper mini et décoltés, ce n'est pas son style et puis, j'aurai dû encore plus la surveiller pour qu'elle ne se fasse pas agresser. Non, je lui faisais porter des vêtements simples qui ne la mette pas en valeur, en lui rappelant qu'elle était moche et grosse, chose qui a bien réfléchir n'était pas vrai. Si, elle est grosse, je connais beaucoup de fille qui sont énormes. Et si elle est moche alors pourquoi est-ce qu'on m'a souvent fait la remarque que mon jouet était un joli brin de fille?

Pas envie de la chercher dans toute la ville, je vais pour m'installer sur un banc pour manger ce que je viens de m'acheter avec l'argent de l'autre abrutit quand mon regard se pose sur une silhouette que je connais très bien. Tenshi est là. Dans un soupir, j'en bouche ma gauffre à grande vitesse, et m'approche d'elle doucement. Maintenant, il va falloir l'obliger à me suivre dans les douches publiques bien tranquillement sans qu'elle ne fasse un scandale. La lame de mon canif pointer contre son dos, mon bras autour de son cou, je lui ordonne de me suivre. Je la relâche et pour être sur qu'elle ne s'échappe pas, je lui attrape sa main.

Peut-on être troubler en sentant les doigts froids d'une personne contre soit? Une impression que sa main doit être là, contre la mienne, comme si c'était sa place. Ca me perturbe. Tout en cherchant après les douches publiques, je me mets à sourire en coin quand je la sens se détendre et agripper ma main.

Après avoir payer notre entrée, je l'oblige à rentrer dans une cabine et lui refile les trois sacs de vêtements que je lui ai acheté en finissant par une culotte assez oser. Ce n'est pas de ma faute si ma copine actuelle a des goûts étranges, si? Je lui dis que je compte rester avec elle pour qu'elle ne puisse pas s'enfuir. Et là, la réaction que j'attends enfin. Tenshi vient de se réveiller. Après un quoi presque crier, où je dû mettre ma main sur sa bouche pour qu'elle se calme. Je me mets à me déshabiller comme si de rien n'était. N'écoutant pas ses plaintes. Mon jeans plié soigneusement, mon pull et t-shirt aussi, je me retourne vers elle ne portant que simplement qu'un boxer.

Je passe ma main dans mes cheveux essayant de comprendre pourquoi elle ne bouge pas, me regardant puis détournant les yeux. Un soupir franchit mes lèvres quand je constate qu'elle n'a pas bougé d'un pouce. Ne voulant pas trop m'éterniser ici, je m'approche d'elle pour la serrer dans mes bras. Nos pas se dirige vers la douche, son dos se retrouve contre la paroît, et d'une main j'ouvre le jet d'eau. Je m'en fou d'être trempé, je devais quand même me changer. Je tire Tenshi pour qu'elle se retrouve sous l'eau puis la lâche. Quelques pas me sépare d'elle durant un court instant, le temps d'attraper la bouteille de shampoing.

Puis, je ne sais pas ce qui me prend, je lui souris gentiment en mettant une dosse du liquide dans la paume de ma main. Je me rapproche d'elle, alors qu'elle se recule craignante. Et dépose la dose qu'il faut sur sa tête. On m'aurait dit que je serai un jour là, entrain de laver les cheveux de mon jouet, j'aurai bien rigolé. Pourtant, à l'instant, c'est bien ce que je suis entrain de faire.


"Ils prennent soin de toi, au moins?"

La question est parti comme ça. Et je connais déjà la réponse, si ils prennent soin d'elle, elle ne ressemblerait pas à une pouillieuse. Ses cheveux sont remplit de mousses, je l'attrape par les épaules pour la remettre sous le jet d'eau. Tirant sur ses cheveux pour lui faire regretter ce que je suis entrain de faire pour elle.

Il reste donc à ce qu'elle se lave maintenant. Et la connaissant comme je la connais, je vais devoir lui faire comprendre qu'elle doit se déshabiller. Je lâche ses cheveux, et vais pour faire passer son t-shirt au-dessus de sa tête.


"Pourquoi m'as-tu quitté?"


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org

❖ Avatar : Maeda Atsuko
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 21 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : membre des G-Boys&Girls
❖ Fiche & Relations : Passé et Présent



Posté le Mer 28 Aoû - 12:50
Ce mec était complètement dérangé, pas pour rien qu’on l’appelait le psychopathe à l’orphelinat. Il pouvait m’insulter de moche ou de ce qu’il voulait mais une chose était sûre c’était que j’avais presque 22 ans maintenant et un corps de femme. D’ailleurs j’étais que ce pervers s’en rendait compte sinon il ne m’aurait pas ramené des sous-vêtements pareils. J’essayais tant bien que mal de le faire sortir de là, je n’allais sûrement pas prendre ma douche avec lui pour me reluquer mais il en avait rien à faire. Shin posa sa main sur ma bouche pour m’empêcher de parler comme si j’allais me laisser faire aussi facilement. Je n’étais plus une gamine ou une ado qui avait peur de lui, je n’en avais aucune raison enfin je croyais…

«  Qu’est ce que tu fais là ? Ne me dis pas que… Oh non… »

Monsieur ne se dérangeait pas pour commencer à se déshabiller devant moi. Il commença par enlever son pull et son t-shirt devant mes yeux ébahis. Si le fait de le voir torse nu me gênait particulièrement ce fut encore pire quand il déboutonna son pantalon. Je détournais aussitôt le regard, ne voulant pas savoir ce qu’il allait faire et où comptait s’arrêter cette espèce de pervers. Je n’oserais même plus le toucher maintenant et si c’était son but il avait gagné. Comment pourrais-je poser mes mains sur sa peau nue ? Etais-je la seule consciente qu’il avait un corps d’homme et plutôt bien foutu d’ailleurs ? Je le détestais quand il faisait des trucs comme ça, je ne savais plus où me mettre. Mon cœur s’emballait tellement vite sans que je ne comprenne pourquoi. J’avais l’impression de manquer d’air à chaque fois que je posais mes yeux sur lui puisqu’il n’était qu’en boxer parce que oui c’était inévitable que je ne finisse pas par le regarder. S’il pouvait juste rester là où il était et ne pas m’approcher ça serait parfait, je pourrais essayer de supporter ça. De toute façon j’étais paralysée car mes membres ne répondaient plus.

Cependant tout bascula quand il s’approcha dangereusement de moi. Je reculais instinctivement mais il me prit dans ses bras. Oui Matsuda Shin l’homme sans cœur, mon bourreau, venait de me prendre dans ses bras. J’étais contre lui, contre ce corps presque nu qui surplombait ma toute petite taille. Ma respiration ralentit en sentant son visage tout près du mien, au moindre petit mouvement un accident pouvait arriver. J’essayais de ne pas bouger et de ne pas même effleurer sa peau mais c’était impossible à ce point. Et il y avait cette sensation bizarre que des milliers de petits papillons voletaient dans mon ventre. Est-ce ça le bonheur ? Je ne mis pas à longtemps à comprendre que ce n’était pas une marque d’affection quand il ouvrit le jet d’eau froide sur lui. Je devais m’y attendre, quand ce pervers commençait à jouer avec moi il ne s’arrêtait pas aussi facilement. Le temps que j’avais passé dans ses bras fut très vite écourté quand il me tira pour me laisse seule sous l’eau. Je devais y être habituée à force à sa méchanceté mais pourquoi alors ça me faisait si mal ?

Shin me laissa là trempée, alors que moi je ne me rendais même pas compte que je me laissais manipuler par lui et le pire c’était que je n’avais même plus le courage de lui résister…

« Shin… »

Je voulais lui dire de me laisser tranquille et de s’en aller. Je voulais le frapper et le faire sortir de là mais au final c’était toujours la même chose je me faisais dominer. Les choses devaient changer, je ne pouvais pas le laisser faire ! Il me sourit tranquillement avec du shampooing en main alors que je reculais encore instinctivement.

« Arrêtes ! »

J’essayais de le repousser mais ça ne semblait pas l’atteindre. Il s’en fichait complètement et continuait de me shampooiner la tête. C’était presque agréable mais je connaissais Shin ça n’allait pas durer avant qu’il me fasse souffrir encore alors je continuais à le repousser comme je pouvais.

"Ils prennent soin de toi, au moins?"

"Mieux que toi en cas !"

Je lui avais répondu sèchement pour qu’il comprenne bien que je me sentais mieux dans la rue que dans cet orphelinat de malheur. Au moins je n’avais personne pour me torturer là bas, j’étais tranquille et personne ne venait m’embêter. Shin me poussa à nouveau sous le jet d’eau comme un vulgaire pantin, tirant cette fois sur mes cheveux pour soi-disant les rincer. Il n’était pas obligé mais ça l’amuse. Une fois qu’il a fini, je le vois me regarder bizarrement. Il se préparait à autre chose je le sentais mais je le découvris vite quand il me força à enlever mon t-shirt.

"Shin ! Je ne suis pas une gamine je peux très bien me déshabiller toute seule !"

Monsieur s’en fichait éperdument de ce que je pouvais bien dire, et continua en me posant une autre question bizarre.

"Pourquoi m'as-tu quitté?"

Etait-il sérieux ? Comment étais je sensée prendre cette question ?

"Tu oses me demander ça ? Avec la manière dont tu me traites, tu oses me poser cette question ? Ecoutes moi bien Shin, je-ne-t’appartiens-pas ! Et je-ne-suis-pas-ton-jouet ! Et maintenant si ça ne te dérange pas j’aimerai prendre ma douche moi-même !"

Tant pis s’il restait là, j’en avais assez qu’il s’amuse avec moi. Tant pis s’il était presque nu devant moi, je n’allais pas accepter de le laisser me perturber ainsi. Je me mis dos à lui pour enlever mon vieux pantalon pourri, je préférais ne pas voir son visage si je devais me déshabiller. Je voulais éviter de voir ce petit sourire de vicieux quand je ne me retrouverais qu’en sous-vêtements. Ca au moins il n’oserait pas y toucher, enfin je pense bien.  Jetant tous mes vieux vêtements dans un coin, je fermais les yeux pour chercher le savon tant bien que mal en tâtonnant les murs. Pourvu qu’il évite de me toucher…

_________________

MAYBE I JUST LOVE YOU ALL THE TIME
♦ by dream's


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Jeu 29 Aoû - 19:55
En la prenant dans mes bras, des souvenirs que j’ai tout fait pour oublier refont surface. La dernière fois que je l’ai prise contre moi, c’était pour la protéger des coups d’un plus grand que j’ai retrouvé peu de temps après ma sortie de l’orphelinat pour lui faire regretter tout ce qu’il nous avait fait. Mais j’entends encore ses pleures résonner dans mes oreilles alors que je sortais de ma chambre. Ses cries qui suppliaient qu’il arrête. J’étais en haut des escaliers quand je l’ai vu pour la première fois. Je n’avais jamais fait attention à elle, elle était mignonne Tenshi à cinq ans. Avec deux petites tresses sur sa tête, un livre de conte dans ses bras et sa jolie petite robe à fleur. La première chose que j’aperçus chez elle s’était ses grands yeux implorant. Et c’est ainsi que je me suis pris pour un super héros. J’ai dévalé les escaliers en courant, et j’ai sauté sur le plus grand pour qu’il ne s’approche pas d’elle. Bien entendu, il s’est secoué et m’a fait tomber de son dos. La seule chose que je voulais, c’est qu’on n’enlève pas le sourire de la petite fille avec ses grands yeux. Il m’a donné un coup de pied dans l’estomac, j’en ressens encore la douleur, juste à y penser. Ensuite, il s’est approché d’elle. J’ai hurlé de toutes mes forces qu’il la laisse tranquille. Il a ricané, je suis passé entre ses jambes. Et là, j’ai protégé comme je pouvais Tenshi. La prenant dans mes bras, la serrant contre moi, l’empêchant de recevoir des coups de pieds, des coups de poings. Le cri d’une surveillante a fait arrêter l’agresseur, et la dernière chose que j’ai vu avant de m’évanouir était le grand sourire sur les lèvres de mon jouet.

J’ouvre le robinet d’eau froide, même si je suis mouillé, ça ne me pose pas de problème. Au moins, je suis sur qu’elle aura pris une douche. Mais je suis bien ainsi, la tenant dans mes bras. Pourtant, il faut que je la lâche pour aller chercher du shampoing pour ses beaux cheveux. Hein ? Y a un truc qui va pas. Je ne dois pas penser des choses ainsi. Je l’avoue, j’ai toujours adoré ses cheveux. J’ai pu passer des heures et des heures à les coiffer quand j’étais de bonne humeur à l’orphelinat. Et les voir dans cet état me désole au plus haut point. Quand je reviens près d’elle, un sourire se dessine sur mes lèvres. Tenshi a toujours peur de moi-même si elle dit le contraire. Elle se recule en me demandant d’arrêter. Pitoyable. Enfin pas tant que ça, nous faisons quand même parti de bande rivale. Logique qu’elle est peur de moi. Mais à bien y réfléchir, je me demande si elle sait que j’ai toujours tout fait pour la protéger des autres.

Pendant que je lui frictionne les cheveux, une question idiote sort de ma bouche. Et je me traite mentalement d’idiot. Bien entendu qu’ils ne prennent pas soins d’elle, sinon, elle ne serait pas dans l’état que je l’ai vu début après-midi. Par contre, quelqu’un lui a appris à se battre. Sa réponse est sèche et je me demande pourquoi je ressens un pincement au cœur. Ca me fait mal, mieux que moi ? N’ai-je pas toujours tout fait pour qu’elle soit heureuse ? Pour que personne ne l’embête. Tout en réfléchissant à tout ça, je lui tire ses cheveux en arrière pour lui faire mal, pour qu’elle se souvienne qu’elle m’appartient, qu’elle est à moi et à personne d’autre.

Ses cheveux sont propre, ce qui me fait sourire. Puis éclater de rire en la voyant trempée. Ne sachant pas quoi faire, je commence essayer de lui enlever son t-shirt et là, elle ose me dire qu’elle sait le faire toute seule. Chose qu’elle me prouve. Je sens mon cœur battre dans mes tempes, le sang monté vers mes joues quand je constate qu’elle se retrouve en sou vêtement devant moi. Je me retourne et lui demande pourquoi elle m’a quitté. Et là, ce fut comme si je me faisais tabasser de nouveaux.

Mes yeux papillonnaient alors que j’écoutais Tenshi me raconter une histoire, ça faisait plus d’une semaine que j’avais joué au super héros et je le sentais dans tout mon corps. Une semaine que je n’avais pas quitté mon lit. Et elle était venu me voir tout les jours, me racontant des histoires, essayant de me faire rire. Cette fois ci, elle me racontait l’histoire d’un homme qui était devenu la personne la plus craint du Japon juste pour protéger la fille qu’il aimait. Et si ? C’est ainsi que du haut de mes quatre ans, je venais de décider que j’allais devenir la personne la plus terrifiante de l’orphelinat pour protéger mon ange. Car oui ! Moi, je suis amoureux de la belle Tenshi. Elle finissait l’histoire alors que j’étais perdu dans mes pensées. Puis elle s’approcha de moi pour déposer un baiser sur la seule joue qui n’était pas blessé de mon visage. Je prit mon courage à deux mains, et la repoussa violemment en la traitant de tout les noms. C’est la première fois que Tenshi pleurait à cause de moi, et ça ne sera certainement pas la dernière fois que je la verrais pleurer. Alors qu’elle s’en fuyait de ma chambre oubliant son livre, je murmurais un simple « je suis désolé mais ainsi plus personne ne nous fera du mal. »

Pourquoi ses souvenirs reviennent maintenant ? Pourquoi est-ce qu’elle ne comprend pas que si je suis comme ça, c’est simplement pour nous protéger. Que c’est une promesse que je me suis fait enfant. Mes poings se serrent, mes jointures deviennent blanches. Et soudain, mon poing atterrit à quelques centimètres au-dessus de sa tête.


« Tu es à moi ! Rien qu’à moi, personne d’autre ne peut te regarder, t’approcher ou simplement respirer le même air que toi. Tu es à moi, Tenshi. Ca toujours été toi et moi, personne d’autre ne pouvait t’approcher. »
Je n’ai même pas remarqué que mes yeux regardent mes pieds pendant que je parle. Je lève donc mon visage vers elle, pour planter mon regard dans le sien. Je m’approche d’elle, lui attrape ses bras pour les nouer autour de mon cou. Je ne sais pas trop ce que je suis entrain de faire là. Je m’en moque. Elle est à moi depuis le jour où je l’ai sauvé. Depuis le jour où du haut de mes quatre ans, j’ai tenu tête à un plus vieux. Je ne l'ai jamais fait souffrir ou alors c’est intentionnellement. Comment ça je nie ? Pourtant, j’ai beau retourné dans ma tête nos souvenirs ensembles. Bien entendu qu’elle pleurait. Ce n’est qu’une fille après tout. Mais on a aussi rigolé souvent ensemble, seulement quand nous étions tout les deux. Je ne pouvais pas montrer aux autres que je tenais à elle, qu’elle est mon point faible. Alors pour qu’on comprenne bien que personne ne pouvait la toucher, quand j’étais en colère, Tenshi payait, quand j’étais malheureux, Tenshi payait, quand j’étais heureux, Tenshi payait.
Ses bras que je tiens de toutes mes forces sont autours de mon cou, je le sens frissonner. C’est sur que si une personne ouvre la porte à cet instant, il pourrait se poser des questions mais je m’en moque. Mon regard est noir de colère. J’ai envie de lui faire mal pour ce qu’elle vient de me dire. Elle est à moi après tout. Pourtant à la place, je ses mes yeux me piquer, un gout de sel sur mes lèvres. J’attrape sa tête, glisse une main dans ses cheveux mouillées. Je me moque que son corps est remplit de savon. Je dépose sa tête contre mon torse. Lui caresse les cheveux tendrement, doucement. Passe mes doigts dans ses cheveux et défait quelques nœuds. Tout en répétant.


« Tu es ma seule famille. »

J’arrête de lui caresser les cheveux, enlève ma main pour mieux lui tirer la tête en arrière. Mes larmes ont cessé. Je me recule tout en tirant ses cheveux.

« TU ES A MOI ! JE T’INTERDIS DE PENSER LE CONTRAIRE, TU AS COMPRIS ? »

Je la lâche en mettant de l’élan de mon poignet pour qu’elle se cogne contre le mur. De mon autre main, je lui attrape les doigts pour la tirer vers moi de nouveau.

« Ne me fais pas répéter la question, petit jouet. As-tu compris ce que je viens de te dire. Et n’essaye pas de t’enfuir de nouveau. Souviens-toi de ce qui est arrivé à ta poupée adorée. »


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org

❖ Avatar : Maeda Atsuko
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 21 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : membre des G-Boys&Girls
❖ Fiche & Relations : Passé et Présent



Posté le Mer 18 Sep - 3:21
Mes jambes devinrent faibles lorsque son poing atterrit à quelques centimètres au dessus de ma tête. Je fermais les yeux au même moment serrant les dents pour ne pas montrer ma faiblesse. Shin devait être très en colère après ce que je lui avais dit et je savais que j’allais le regretter mais pas seulement parce qu’il me le ferait payer.

Ses mots me blessaient… Des milliers de petites aiguilles vinrent s’insinuer dans ma poitrine pour me couper le souffle. Malgré mes tentatives de le nier haut et fort, tout en moi ne cessait de me répéter que j’étais à lui et je ne voulais être qu’à lui. Pire encore cette partie sombre de moi ne désirait qu’il ne soit qu’à moi et que sa simple présence m’ait horriblement manqué. Mais je le détestais, alors ces idées ne pouvaient être que la conséquence de ses actes. Je ne pouvais pas avoir des sentiments pour lui, c’était simplement Shin qui avait fini par me faire perdre la tête.

Je déglutis au moment où il s’approcha de moi, mordant ma lèvre inférieure pendant que la distance entre nous s’envolait. Je pouvais lire dans son regard fixé sur moi une colère noire mais aussi quelque chose de différent. Il y avait ces moments dans le passé où je ressentais cette même impression. Quand nous étions juste tous les deux, j’avais presque senti une certaine affection envers moi mais ce n’était que les illusions d’une petite fille qui pensait avoir trouvé un ami. Elle cherchait désespérément à le retrouver dans le petit garçon qui l’avait sauvé, il y a si longtemps même lorsqu’il l’avait repoussé et fait pleurer. J’avais continué à espérer innocente que j’étais, que le gentil Shin qui s’était presque sacrifié pour moi finirait sûrement par devenir mon ami. Cependant en fin de compte nous nous étions enfoncés dans cette relation vicieuse où je finissais toujours par être son jouet que je le veuille ou non. D’une certaine manière, j’étais en sécurité lorsque j’étais à lui ; plus personne n’osait m’approcher mais aujourd’hui les circonstances étaient différentes. Je ne voulais que la paix sans la souffrance qui venait avec lorsque j'étais avec Shin. Peut être que si Shin cessait de me faire du mal alors voudrais-je rester avec lui ?

Lorsqu’il noua mes bras autour de son cou, je me rappelais immédiatement dans quelle tenue j’étais actuellement. Le feu me monta aux joues alors qu’un frisson me parcourra l’échine. Pour éviter de penser à autre chose de bizarre, je me concentrais sur son regard menaçant. Je devais à tout prix éviter de baisser le regard sur son corps. Ce n’était pas correct ni normal de ressentir ses émotions quand j’étais si proche de lui…

Je pouvais percevoir sa colère dans ses iris mais alors pourquoi pleurait t-il ? Je n'étais pas aveugle, c’était bel et bien des larmes que roulaient sur ses joues déjà humides. J'avais déjà connu ce genre de peine, beaucoup plus profonde que la douleur physique. C’était une souffrance que je croyais Shin incapable de ressentir. Ma raison avait du mal à le comprendre là dessus, pourtant au fond de moi je ressentais une certaine culpabilité envers lui. Shin ne me laissa pas le temps de l’observer plus longtemps, il posa ma tête sur son torse tout en caressant mes cheveux. Les battements de son cœur me parvenaient parfaitement mais je n’arrivais pas à être apaisée en l’entendant me répéter que j’étais sa seule famille. C’était une bombe à retardement qui s’apprêtait à exploser et c’était moi qui l’avais déclenché dans un accès de rancœur. Qu’il se mette en colère, j’avais le droit de le haïr après tout ce qu’il m’avait fait. Combien de fois j’avais pleuré par sa faute ? Combien de fois m’avait il maltraité et torturé dans ce maudit orphelinat ? Qu’il se mette en colère, j’étais prête à payer de toute façon. Depuis le temps, j’étais habituée à Shin et savait presque toujours comment il allait réagir. Aussi je ne fus pas étonnée quand il me tira les cheveux. Je retins un cri de douleur en serrant la mâchoire aussi fort que je le pouvais.

« TU ES A MOI ! JE T’INTERDIS DE PENSER LE CONTRAIRE, TU AS COMPRIS ? »

Ca y est, il avait fini par exploser… Je fermai les yeux en sachant que cette fois je ne pourrais pas l’éviter. Une force me mena droit vers un mur que je me pris violemment. J’émis à peine un bruit alors qu’il me ramenait à lui, mais des larmes me montèrent aux yeux. Je luttais pour les retenir mais elles se mirent à couler d’elles-mêmes.

« Ne me fais pas répéter la question, petit jouet. As-tu compris ce que je viens de te dire. Et n’essaye pas de t’enfuir de nouveau. Souviens-toi de ce qui est arrivé à ta poupée adorée. »

Je relevais la tête pour le défier du regard et lui montrer que ces menaces ne marchaient plus sur moi. Je n’étais plus une enfant et je ne jouais plus aux poupées. Mon cœur, Shin l’avait tellement brisé qu’aujourd’hui cela n’avait absolument aucune importance. Je me rappelais très bien de ce qu’il avait fait à ma poupée. Après lui avoir coupé les cheveux, il l’avait démonté morceau par morceau alors que je lui suppliais de la laisser. C’était le seul objet que j’avais gardé de mon ancienne vie avant l’incendie et il avait détruit ce seul souvenir que j’avais de cette famille que je n’avais jamais connu. J’avais pleuré pendant des jours et l’avait réparé sans qu’il le sache. Malgré tous mes efforts elle restait quand même abîmée alors je l’avais caché pour qu’il ne la trouve pas, avant d’aller l’enterrer dans le jardin de l’orphelinat. Ce fut ce jour là que je perdis tout espoir qu’il devienne un jour mon ami.

« Ce n’est pas de cette manière que tu feras de moi ta famille… Ce n’est pas avec des menaces et de la violence qu’on se fait aimer Shin. Parce que pour être ta famille et ne m’avoir que pour toi, il faudrait que je t’aime et tu n’utilises pas la bonne méthode. Laisse-moi te montrer comment on fait… »

Ma voix était devenue rauque à cause de mes larmes qui ne cessaient de couler sans raison. J’avais parlé lentement en ne baissant surtout pas les yeux, je voulais être sûre qu'il me regarderait pendant que je ferais la chose la plus stupide de ma vie. Il n’y avait qu’une seule chose que je n’avais jamais faite et dont les conséquences m’étaient inconnues, qu’une seule façon sur terre utilisée par les êtres humains normaux montrer leur amour. Sans trop réfléchir, je m’étais approchée de lui montant maladroitement sur ses pieds pour pouvoir être à sa hauteur en me mettant sur la pointe des pieds. D’une main je m’accrochais à sa nuque et l’autre je tins fermement son dos pour ne pas perdre l’équilibre. Nos deux corps étaient complètement collés l’un à l’autre à part nos deux visages presque face à face. Je pouvais sentir contre ma peau les battements rapides de son cœur. Dans cet endroit, ce fut la deuxième fois que je pus confirmer que dans cette poitrine il existait réellement un cœur. La question était de savoir si ce cœur pouvait apprendre à avoir de réels sentiments, et savoir que je n'étais pas un jouet mais une femme qui ne voulait plus souffrir.

Ses lèvres n’étaient plus qu’à quelques millimètres des miennes et son souffle se mêlait au mien. Fermant les yeux, je relevai doucement la tête pour lui prendre ce qui fut mon premier baiser. Le contact chaud de ses lèvres me procura une sensation bizarre de bien-être et l'impression de ne plus toucher terre. De doux frissons se glissèrent sur ma peau pour ensuite chatouiller mon ventre. Terrifiée par l’effet inattendu de ce baiser, je m’écartais de lui en essayant de paraitre naturel. Yoshida Tenshi, qu’avais tu fait idiote ?

Hors RP:
 

_________________

MAYBE I JUST LOVE YOU ALL THE TIME
♦ by dream's


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Mer 9 Oct - 14:10
Comme si je venais d'une autre dimension, des flash backs de mon enfance me reviennent à l'esprit. La première fois que j'ai vu Tenshi et mon geste héroïque. Ma semaine sans pouvoir bouger de mon lit et les histoires de la petite fille pour me remonter le moral. Et surtout le jour de ma plus grande décision. Ne plus être faible. Je ne sais pas trop quoi faire, je... J'ai fait tout ça pour elle, la protéger, nous protéger.

Mes yeux se ferment en entendant sa réponse qui me poignarde le cœur. C'était comme si je recevais cent milles coups de poing d'un coup dans mon estomac. Ma colère refaisait surface, je m'entendit lui crier dessus, la menacer de nouveau. Pour ne pas changer, à croire que je n'étais bon qu'à ça. Et pourtant, ma Tenshi, ma poupée, la seule personne qui fait partie de ma famille, m'annonçait qu'elle n'avait plus peur de moi. Mon sang n'a fait qu'un tour quand ses mots franchirent ses lèvres.

Et avant que je ne peux faire quelque chose pour lui faire regretter ses mots, je sentis ses lèvres se poser sur les miennes. Que pouvais-je faire? Je... Mes bras entourèrent ses épaules, je ne savais pas vraiment quoi faire. Est-ce qu'elle pouvait être amoureuse de moi? Sinon pourquoi m'embrasserait-elle. Décidant de ne pas trop me poser de question, je répondis à son baiser, tout en souriant.

Après un court instant, je décide de me reculer, et de jouer la surprise. Dos contre le mur, j'écarquille mes yeux en la montrant du doigt.


Tu... Tu... Tu es amoureuse de moi.

Ou bien, elle avait comprit depuis longtemps que tenais à elle. Je n'en saurais jamais rien à vrai dire. A la place d'attendre une réponse, j'attrape mes vêtements pour me rhabiller. Il ne faut pas que je reste une seconde de plus vers Tenshi. Dos tourner, mes doigts vont toucher mes lèvres et je ne peux m'empêcher de sourire bêtement.

HJ: Laisse moi le temps de me remettre dans le bain ^^ Désolée pour la courte réponse :)


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org

❖ Avatar : Maeda Atsuko
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 21 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : membre des G-Boys&Girls
❖ Fiche & Relations : Passé et Présent



Posté le Mer 30 Oct - 18:23
Tout tournait autour de moi... Je ne savais plus ce que je faisais réellement, mais je savais que plus je l'embrassais plus j'avais envie de continuer. Pourquoi est ce que tu aimais autant ça Tenshi ? Ressaisies toi enfin ! Il s'agit de Shin, ton bourreau, celui qui fit de ton enfance un enfer ! Je m'écartais rapidement, en même temps que lui aussi reculait. Je ne devais pas agir ainsi, c'était stupide... Cet espèce de pervers en avait dû bien en profiter. En plus maintenant il osait retourner la situation contre moi et m'accuser d'être amoureuse de lui.

"Et... Et puis.... Et puis quoi encore ? Jamais de la vie !"

Imaginant à nouveau ce que je venais de faire, mon visage prit une teinte cramoisie, je n'en revenais pas encore de mon audace. Le bégaiement s'installa automatiquement, je n'arrivais plus à contrôler mon flot de paroles. Il était préférable que je me taise à l'instant pour ne pas dire plus de conneries. De toute façon ma douche était terminée, je me rhabillais en vitesse avec les vêtements que Shin m'avait apportés. Profitant qu'il avait le dos tourné je sortis de la cabine de douche en silence avec mes affaires. J'accélérais le pas en priant qu'il ne soit pas en train de me suivre, mais un flash me rappelant la scène qui venait de se passer me coupa net.

"Non Tenshi reprend toi... Tu ne ressens rien pour lui... Allez ? N'est ce pas ?"

Je secouais fort la tête pour éloigner mes doutes et cette image qui revenait sans cesse me hanter poussant un cri de frustration avant de reprendre ma marche. Pitié, faites que je ne sois pas amoureuse de lui, tout sauf lui ! Surtout pas lui ! Je ne voulais pas passer ma vie à souffrir pour un idiot qui jouait avec moi et qui allait tout le temps me briser le coeur. D'ailleurs au point où il en était, mon coeur devait ressembler à de la bouillie. Mais alors pourquoi je le sentais battre aussi fort dans ma poitrine ?

"Et merde !" hurlais-je contre moi même "Tu es stupide Tenshi ! STUPIDE !"

Des larmes roulèrent sur mes joues et je me mordis la lèvre inférieure en fermant les yeux. Mon Dieu je venais d'offrir mon premier baiser à Shin... Et j'avais aimé...

HRP : Désolée, je voulais répondre plus tot mais j'avais un devoir, en plus d'un concours et des réunions pour organiser des grèves presque tous les jours T.T J'étais un peu débordée, mais la on va dire que je suis en vacs (enfin en grève...), je savais pas trop quoi ajouter pour la réponse, désoulée TT.TT

_________________

MAYBE I JUST LOVE YOU ALL THE TIME
♦ by dream's


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Jeu 7 Nov - 21:34
HJ: Je crois que c'est fini :D donc

FIN


 

"Je ne suis plus une gamine" (ft. Matsuda Shin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» M I D N I G H T • I K E B U K U R O  :: Ikebukuro :: Centres Commerciaux-