Partagez | 
 

 Jeu de chat et de la souris [PV Watanabe Hiroto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Jeu 25 Juil - 15:46
Il ne savait pas depuis combien de temps, il était caché dans l’arbre. Mais ça lui paraissait une éternité. Tout ça pourquoi? Simplement surveillé un certain trafique sur le territoire des Black Angels. A la base, Shin avait bien rigolé en apprenant ça. Mais vu la tête des autres du gang, il avait pensé que c’était vrai. Et vu qu’il s’embêtait tout seul dans leur planque pendant que les autres vaguaient à leur occupation, il s’était proposé. Chose qui avait bien choqué. Vu qu’il avait l’habitude de faire ses coups en douces, il n’avait pas de problème de ne pas se faire voir.

C’est ainsi qu’il était installé sur l’une des branches maitresse du cerisier, les jambes pendus dans le vide. Attendant qu’une chose peu ordinaire se passe devant ses yeux. Il jeta de fréquent coup d’oeil vers le parc au cas où son jouet se manifesterait et seule. Vu que la dernière fois il l’avait laissé partir. Elle l’avait supplié de la tuer. Et on peut dire que cette phrase l’avait énervé. Comment osait-elle lui demander ça, surtout à lui. Sa seule réaction fut de la gifler en lui criant qu’elle était faible, qu’avec son talon, il l’écrasserait. Shin avait attrapé l’épaule de Tenshi pour la pousser vers la sortie en lui criant de partir qu’il ne voulait plus la voir. Et depuis, il s’embêtait. La guerre entre gang ne l’intéressait pas. Au faite, il était entrée par hasard chez les BA et ne s’occupait pas spécialement de ce qui se passait. En y repensant, il ne connaissait même pas les membres.

Une voiture s’arrêta juste en bas de son arbre. Vu le cylindre, c’était certainement encore l’un de ses gosses de riches. La portière s’ouvrit, et un homme avec une cicatrice sur son visage fit son apparition. Un deuxième sortit aussi de la voiture. Vue leur dégaine, Shin décida de ne pas se frotter à eux. De juste prévenir les autres. C’est pas ça, à lui seul, il savait qu’il arriverait à leur faire comprendre de dégager de son terrain de jeux. Le premier homme, passa sa main sur sa veste, et il pu voir une arme à feu. A part déglutir, le jeune homme ne savait rien faire d’autre à part regarder.

Et là, ce qu’il attendait depuis longtemps se passa sous son nez et il comprit bien vite qu’il avait des Yakuzas en affaire devant lui. Un trafique de drogue, voilà bêtement ce qui se passait. Il lui resta donc à attendre qu’ils décident de partir pour les suivre et savoir à qui il avait à faire avant de prévenir le reste du gang. La nuit tomba doucement, la lune fit son apparition alors que le soleil n’était pas encore couché. Les tons dans le ciel étaient jolies. Un dégradé entre orange et rouge. Shin s’amusait avec son canif attendant simplement, bougeant de temps en temps pour ne pas que son corps s’endorme.

Puis, le silence se fit. Plus aucunes voitures, plus de cries d’enfants. Plus rien. Shin baissa sa tête pour regarder ce qui pouvait bien se passer. Les hommes étaient toujours là discutant avec une femme. Il regarda dans le reste de la rue. Un homme lisant un journal, un couple entrain de se compter fleurette à la terace, un homme qui promène un chien. Rien à dire sauf qu’ils se regardent à des intervalles réguliers. A croire que... Des flics! Voilà que les keufs ont décidé de se mêler de ça.

Soupirant, Shin ramena l’une de ses jambes vers lui. Il allait devoir prévenir qu’ils allaient se faire coffrer si ils bougeaient pas de là. Il prit sa basket et la lança sur la voiture. Le bruit de l’objet sur le toit se répercuta dans la voiture. Les hommes cherchèrent le coupable. Et lui se mit à sourire. C’est pas comme si ils n’avaient pas d’argent pour remplacer le coup dessus. Enfin, l’un d’eux le vit dans son arbre avec son sourire en coin. Il donna un coup de coude à son collègue. Et le regardèrent, Shin mit son index devant sa bouche pour leur dire de se taire et montra d’un coup de tête les flics en planque.

C’est pas aujourd’hui qu’il sera qui ils sont. Mais au moins, il avait évité une fusillade dans dans le quartier. Les hommes repartirent sans laisser le temps aux flics de les attraper. Et lui, attendit dix minutes avant de descendre de son arbre pour récupérer sa basket. En gros, il avait perdu sa soirée. Assit sur le trottoir, Shin se mit à râler contre les flics dans sa barbe. Puis, se mit à marcher pour rentrer dans son QG en bousculant un homme.


"Et! Excusez-vous!"

Rien de tel pour se défouler que de s’en prendre à des parfaits inconnus qui n’ont rien fait.


avatar
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://m-ikebukuro.forumactif.fr

❖ Avatar : Katô - sexy - Shigeaki
❖ DC : Aucun
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 25 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : Inspecteur de Police
❖ Fiche & Relations : UC



Posté le Jeu 25 Juil - 22:25
Trois semaines. Trois semaines qu'Hiroto et sa brigade filaient un groupe de Yakuza soupçonnés de trafic de drogue. En ce moment, entre l'affaire du meurtre de M. Yamauchi, et ça, Hiroto n'avait pas une minute de temps libre. Même lorsque son service était terminé et qu'il rentrait tranquillement chez lui, accompagné de son fidèle ami Kuro, son cerveau était encore bloqué sur les affaires en cours qu'il devait traiter au commissariat et il ne parvenait pas à décrocher et passer à autre chose. L'affaire de M. Yamauchi lui tenait à cœur, il avait été son supérieur et celui qui lui avait appris les bases de l'intervention en terrain, prenant en compte son handicap et lui donnant des astuces pour pouvoir agir efficacement même en étant privé de sa vue. Il ne se passait pas un jour depuis l'incident sans qu'Hiroto ait une pensée pour son ancien chef, et que son cœur meurtri se serre un peu plus.
Quant à l'affaire des Yakuza, non seulement il était particulièrement impliqué parce qu'il avait ces types en horreur depuis toujours, ne supportant pas leurs petites affaires en douce, bien peu licites en général, mais en plus, c'était une affaire auparavant prise en charge par Yamauchi avant son froid assassinat … Par des Yakuza. Raison supplémentaire pour les détester au plus haut point. Autant vous dire que, dernièrement, les nuits d'Hiro étaient agitées … Il avait même pu ajouter à son cauchemar récurrent de l'accident d'il y a quelques années, des flashs étranges où il voyait Yamauchi mourir devant lui sans ne rien pouvoir faire. Au moins dans son inconscient, il avait encore sa vue. Mais pour voir ce genre d'horreur, il préférait encore être aveugle.

Ce soir-là, il savait qu'une rencontre aurait lieu entre les dealers tant recherchés. Cela faisait trois semaines qu'ils les filaient, et ils avaient réussi à filtrer des informations concernant le lieu de la rencontre. Non loin du Metropolitan Art Space. Ils n'avaient pas choisi un endroit des plus discrets, comme une ruelle sombre, puisque l'endroit était relativement bien fréquenté. Mais peut-être était-ce une tactique pour détourner l'attention des flics qui auraient plus le réflexe de se tenir en embuscade dans des endroits plus propices à un trafic de stupéfiants, un endroit peu en vue en somme. Si l'on y réfléchissait comme ça, c'était plutôt astucieux comme mode de pensée. Mais Hiroto était un flic tenace et la perte de sa vue n'avait fait qu'aiguiser ses autres sens. Déjà que naturellement, son instinct était plutôt bien développé et qu'il était rare qu'il se plante dans son raisonnement, maintenant qu'il n'était plus influencé par ce qu'il voyait, les tendances étaient encore plus inversées.

Cela faisait plusieurs heures qu'Hiroto se tenait à son poste, bien camouflé et discret. Il avait pris l'habitude d'être vraiment à la limite de l'invisible, surtout que si jamais il y avait quelque chose, il pouvait se servir de son handicap pour jouer au « type aveugle qui a perdu son chemin et a suivi son chien qui suivait sûrement l'odeur d'une femelle », ou quelque chose du genre. Ce handicap avait un côté pratique des fois. Enfin, rectification, pour pallier au côté très frustrant de perdre la vue, le jeune homme avait bien été obligé de chercher les avantages pour utiliser cela comme un nouvel atout dans son travail. Après des mois passés à déprimer dans son lit d'hôpital et à rechigner contre la rééducation, clamant qu'il voulait juste qu'on l'achève, il avait fini par se reprendre en main et de cesser de se comporter comme un véritable gosse. Et il avait bien fait.

Le moteur d'une voiture à gros cylindre se fit entendre. Tous ses sens étaient en alerte. D'ici, il pouvait entendre très nettement la conversation. Kuro, bien dressé, ne faisait aucun bruit. Ni couinement, ni jappement. Deux hommes étaient là. Ils discutaient, tentant de détourner l'effet « trafic de drogue ».
L'échange dura un moment, le soleil s'était sûrement couché, car du peu de reliefs qu'il distinguait, Hiroto avait pu constater que la luminosité qu'il avait perçu toute la journée avait considérablement baissé. Il fallait attendre le bon moment pour agir. Eviter tout scandale, arriver en douceur. Se servir de son handicap en faisant mine de demander son chemin, et leur passer les menottes. Voilà ce qui était prévu. Hiroto préparait le coup depuis trop longtemps.
Un bruit sourd se fit alors entendre, comme si un objet lourd avait percuté quelque chose. La voiture, sûrement. Hiro en était persuadé, vu le bruit. Ses sens étaient toujours autant en alerte, et il se doutait que Kuro avait les oreilles bien dressées, prêt à agir à tout ordre de son maître. Que s'était-il donc passé ? Il n'y avait plus d'éclats de voix. Juste un gros silence. Hiroto hésita à se lancer, cela risquait de faire un peu louche s'il venait de se passer quelque chose d'anormal. Un voyou du genre Gboy ou Black Angel avait balancé un caillou sur la carrosserie ? Non, ça aurait fait plus de bruit.
Mais soudainement, un bruit de portière qui se ferme, puis de moteur allumé à la va-vite et des crissements de pneus se firent entendre. Et avant qu'il n'ait pu esquisser un quelconque mouvement, il avait compris que les deux hommes venaient de détaler. Comme si on les avait prévenu que les flics étaient de la partie.  « MERDE ! » râla-t-il. Il était tellement sûr de son coup qu'il était venu seul, pensant que cette fois c'était la bonne. Les Yakuza ne savaient même pas qu'ils étaient filés depuis trois semaines, donc c'était l'occasion en or, et les autres le savaient. Finalement il aurait dû être accompagné parce que pour le coup, son handicap lui avait fait tout foirer. S'il avait eu sa vue, il n'aurait pas raté la basket qui atterrissait sur le toit de la voiture, les hommes surpris et cherchant le coupable, le gosse perché dans l'arbre indiquant sa position. Et il aurait coffré les deux malfrats. Là, non seulement il les avait manqué mais maintenant il allait être plus dur de les attraper, vu qu'ils étaient au courant qu'on les suivait.

Alors qu'il reprenait le chemin du retour chez lui en bougonnant, Kuro sur ses traces, il se fit bousculer par quelqu'un qui en plus osa lui demander de s'excuser.  « Eh petit con, tu vois pas que je suis accompagné d'un chien et que j'ai le regard dans le vide ? Tu vas importuner un aveugle ? C'est toi qui devrait t'excuser. » A la voix du type qui l'avait bousculé, Hiro avait deviné que c'était un jeunot du quartier. S'il savait qu'il s'adressait au responsable de l'échec de sa mission, il lui aurait déjà collé son poing dans la figure ...


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://creaphy.e-monsite.com/

❖ Avatar : LE [EXID]
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 23 ans
❖ Nationalité : japonaise
❖ Occupation : trafiquante de drogues
❖ Fiche & Relations : Fiche & Links



Posté le Mar 30 Juil - 18:01
Ya, ils avaient pas fini de papoter ? Je n'avais pas que ça à faire de ma soirée.
Déjà, je ne les connaissais pas. Enfin si, un peu. Des clients. Des Yakuzas, qui d'autres ? Dans leurs vêtements sombres, têtes de fumeurs et cheveux pas lavés, ils étaient pas beau à voir. Autant moi j'étais dans le même "clan", autant j'avais bien plus de classe qu'eux. Enfin faut dire que quand on était addict à ce que ma famille vendait, on était pas tout à fait net ni très frais. Pas étonnant. Derrière mes lunettes de soleil et à travers la fumée de ma cigarette, j'examinai un peu mieux leurs visages. Clairement, j'avais eu cette même tête quand j'avais essayé pour la première fois cette drogue. Pas glorieuse. Eux encore, ils s'en sortaient un peu mieux, ils avaient l'air un peu plus réveillés. Peut-être parce qu'ils étaient habitués, après tout. Trop habitués sûrement.

Alors qu'ils essayaient de me soutirer quelques mots de ma bouche, je regardai la rue en face de moi, tout en continuant de tirer sur ma petite drogue. Ce qu'ils étaient énervants, et têtus aussi. Ils ne voyaient pas que je ne voulais pas leur adresser la parole ? J'étais si attirante que ça ? J'en doutai fortement. Franchement, si je pouvais me passer pour une muette, je le ferais. Ça m'arrangerait bien des choses. Ma voix, c'était pas comme si elle servait à quelque chose. Je n'avais pas d'amis avec qui parler. Enfin si quelque uns, mais on se comprenait suffisamment pour qu'on ait pas besoin de communiquer par la parole. Même les chats du quartier n'avaient pas besoin d'entendre des susurrements de ma part. Est-ce que je devrais apprendre la langue des signes ? Hum, très mauvaise idée.
Je n'étais pas loin de prendre ma marchandise et m'éloigner à grands pas -tellement ces gens-là m'énervaient-, qu'un bruit sourd retentit dans la rue, elle qui était habituellement si calme. Je me figeai, comme les autres hommes autour de moi. On avait balancé un... truc sur leur voiture. Pour le coup, cela aurait pu me faire rire. C'était bien fait pour leur engin. J'avais juste envie de les laisser plantés là avec leur voiture cabossée, sans rien se mettre dans les veines. Mais bientôt, ils pointèrent le coupable du doigt. Un jeune homme était assis dans son arbre comme... un oiseau ? Non plutôt un espèce d'autruche coincé dans un arbre. Ah, c'était pire. Bref, je n'allai pas le héler ou le remercier ou quoique ce soit -contrairement aux autres idiots là-, mais il nous fit signe de nous taire et nous indiqua une autre voiture plus loin. Alors là, je n'aimais vraiment pas sa couleur. Bien qu'elle était cachée, on pouvait deviner qu'elle appartenait au flics. Shit.

Alors que ces clients bavards s'en allaient comme des petits lapins apeurés, je pris pour ma part mon sac de petits paquets et commençai à m'éloigner rapidement. Puis je m'arrêtai. Ya, je ne devrais pas plutôt voir qui il était ? Le gars ? Ou l'autre ? C'était louche qu'ils aient été là. Je faisais un effort pour ne pas trop me représenter aux mêmes rues, histoire d'échapper, justement, aux policiers. Enfin le rendez-vous du jour était quelque peu spécial. C'était une commande, une livraison dirons nous. Raah, c'était la faute de ces c*ns qui ne savaient pas sécuriser leur téléphones. Beuark, j'allais leur en mettre une... Ceci n'était certainement pas, ou plus mon affaire, mais cela m'intéressait quelque peu. J'avais rarement vu des flics ces derniers temps, c'était que j'avais de la chance. Du coup, je n'étais pas au courant des "nouvelles", sur quoi ils travaillaient pour le coup. En l'occurrence, ils avaient l'air de s'intéresser aux trafiques. Et d'un peu trop près. Il serait préférable pour notre marché que j'y jette un œil. Même si cela était dangereux. Mais que faire, ma soirée était déjà finie. Drogues livrées et découverte de filature, j'étais sensée rentrer chez moi, c'était une règle. Autant que je rentabilise quelque peu le temps que je venais de perdre.

Je fis marche arrière, passa une ruelle déserte. Là, je déposai ma marchandise. Il ne fallait pas qu'il mette la main dessus. C'était l'argent avec lequel je devais vivre, non mais. Pour m'assurer que même les chiens ne puissent pas le trouver, je mis mon sac dans une poubelle. Ô joie, j'adorai fouiller dans ces gros containers, mais je n'avais pas le choix. Je retenais l'adresse de cette poubelle, et retournai finalement là où j'étais il y avait quelques instants à peine. L'autruche était encore là, et était même aux côtés du policier. Complot ? Hum.. Je devais entendre leur conversation. Malheureusement, la présence du chien me dérangeait. Comme j'avais cette habitude de trainer avec les chats, ce n'était pas bon pour moi d'être en présence de canidés. Surtout que je ne les aimais pas, ces bêtes. Elles faisaient trop de bruit, et avaient si peu de classe. Mais bref, c'était surtout un chien et flic, alors je devais m'en tenir à distance. Allez, les regarder se balader dans la rue, ça avait toujours été ma passion. Évidemment.

Je me rapprochai donc aussi silencieusement que me permettaient mes talons hauts. Malheureusement pour moi, la rue était déserte, alors la petite passante pour laquelle je voulais me faire passer serait que trop bien vue. So.. je restais à une bonne centaine de mètres d'eux, histoire que l'animal ne me repère pas trop, observant leurs deux silhouettes sombres. Je m'étais placé de sorte à ce que l'autruche puisse me voir. S'il nous avait averti pour la menace, il devait être de notre côté, non ? Enfin j'espérais cela, mais je gardai toujours une petite trace du contraire. Au cas où il voudrait nous trahir. Raah, mais pourquoi je pense "nous" ? Je n'étais pas dans le même sac que ces machins. Bon bref. Les deux hommes n'avaient pas l'air contents, cela avait l'air plus amusant. Je fus prise d'un tic, et essayai de tirer une dernière fois sur la cigarette que je tenais depuis. Elle s'était quelque peu éteinte. Crotte, je la laissai tomber au sol. Je ne pouvais pas me permettre d'ouvrir mon briquet, quelle chance... Sérieux, quand est-ce que tu te tournes vers moi l'autruche ? Viens que je te fasse un petit signe. Viens toi qui semblait si bien informé sur la situation. Je t'attends.



avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Mer 9 Oct - 14:23
Si on résume bien la situation, Shin s'était porté volontaire, chose qui avait grandement choqué les autres membres du gang, pour savoir qui osait venir faire du trafique sur le territoire des Black Angels. C'est donc du haut de son arbre qu'il a aperçut un échange et aussi là qu'il comprit qu'il y avait une filature. Ne tenant pas a avoir d'ennuis sur SON territoire, Shin s'est décidé à avertir les trafiquants en envoyant sa chaussure sur la voiture.

Après avoir récupéré sa chaussure, il a cherché un moyen pour passer ses nerfs et voilà donc qu'il bouscule un aveugle. Auquel il réclame des excuses.


Et alors, tu as un chien. Il est donc là pour t'aider à éviter les honnêtes citoyens non? Donc j'attends tes excuses, grand-père.

Maintenant, il allait se mettre à se disputer sur le trottoir, c'était un bon alibi au cas où non? Il regardait même pas la personne en face de lui, ni le chien qui lui grognait dessus. Qu'est-ce qu'il en avait à faire. Shin préférait regarder autour de lui au cas où. Et c'est là qu'il la vit. C'était la femme près de la voiture. Celle-ci, lui fit signe de la main de la rejoindre.

"Bon écoute, grand père. Je te pardonne pour ce que tu viens de faire. Mais sache de faire plus attention la prochaine fois. Une chute est si vite arrivé, tu ne crois pas. Surtout dans se quartier."

Les mains dans les poches, Shin se mit à rigoler avant de rejoindre la femme. Il se tourna une nouvelle fois vers l'homme au cas où celui-ci aurait une chose à lui dire. Mais continua son chemin vers la fille.

"Tu es qui toi?"

HJ: Désolé pour le retard, désolé pour la réponse courte. Mais il faut que je me remette dans le bain :)


avatar
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://m-ikebukuro.forumactif.fr

❖ Avatar : Katô - sexy - Shigeaki
❖ DC : Aucun
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 25 ans
❖ Nationalité : Japonaise
❖ Occupation : Inspecteur de Police
❖ Fiche & Relations : UC



Posté le Sam 9 Nov - 8:25
C'était certain que ce voyou malpoli était membre des Black Angels, vu son attitude dédaigneuse et son absence totale de respect envers autrui. Sous prétexte qu'il avait un chien avec lui, il pouvait tout éviter comme s'il avait la même vue que lui ? Sauf qu'il omettait un détail, il ne pouvait pas avoir le total contrôle sur son animal, cela restait un animal justement et il arrivait parfois qu'il ne voit pas tout arriver ou que son attention, ne serait-ce qu'une fraction de seconde, soit attirée par autre chose. Et en plus il osait lui réclamer des excuses et le traiter de grand-père ? Elle était bien bonne celle-là. « Tu sais quel âge j'ai au moins pour oser me traiter de grand-père ? Tu peux toujours les attendre, tes excuses. » Dire que Hiroto était flic … Il pourrait tellement lui montrer son insigne et le coffrer pour outrage à l'agent. Mais ce serait griller sa couverture et admettre volontairement sa présence volontaire ici. Alors il allait devoir supporter cet énergumène dont il ne voyait même pas le visage à la place. Ah, que ne fallait-il pas faire pour le boulot … C'était parfois terriblement agaçant.

Et subitement, alors que les deux protagonistes étaient en train de régler leurs comptes sur la voie publique, le plus jeune annonça qu'il acceptait pour cette fois mais qu'il ferait mieux de faire attention et de surveiller ses arrières car il n'était pas dans le meilleur des quartiers et qu'une chute était selon lui, très vite arrivée. Ses sens en alertes, Hiroto n'écouta même pas les menaces du Black Angels et se demanda plutôt, instinct de flic oblige, pourquoi finalement le chien abandonnait son os pour aller voir ailleurs. Les Yakuza étaient-ils revenus dans les environs ? Hiroto entendit le jeune homme commencer à s'éloigner alors il s'élança pour le suivre, guidé par Kuro, et réussit à lui agripper le bras au moment où ce dernier interpellait quelqu'un de la manière la plus polie qui soit, « t'es qui toi ». On avait fait mieux, mais il ne fallait pas attendre grand-chose de ces voyous de bas étage. « Tu crois aller où comme ça toi ? Tu me bouscules, tu m'insultes et après tu t'en vas ? C'est pas parce qu'on est au Japon que tu dois te croire tout permis. » C'était bien connu, les Japonais étaient réputés pour s'excuser pour rien, tout accepter sans rien dire, et en général les bousculades étaient vite arrivées, notamment dans les gares et les rues bondées, et personne n'en faisait cas. Pourtant cette fois cela avait déclenché une « dispute ». Et Hiroto n'en avait pas fini avec ce type. Il faisait son rôle du mec importuné par ce voyou en espérant tirer des informations précieuses. Il se demandait aussi qui était la personne qu'il avait interpellé à l'instant.

HJ - Bon c'est totalement pourri désolée et j'suis en retard.


avatar


Voir le profil de l'utilisateur http://creaphy.e-monsite.com/

❖ Avatar : LE [EXID]
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 23 ans
❖ Nationalité : japonaise
❖ Occupation : trafiquante de drogues
❖ Fiche & Relations : Fiche & Links



Posté le Dim 17 Nov - 19:29

Il me voit finalement. C'était pas trop tôt. J'attends les bras, l'air sûrement blasé mais caché par mes grosses lunettes noires. Ils semblaient se disputer ou je ne sais pas, après tout je n'en avais rien à faire. J'attends qu'il arrive à ma hauteur, et pour toute espérance, il me demande un simplet "T'es qui toi ?". N'étant pas du genre bavarde, je ne lui aurais même pas répondu en tant normal. Mieux, je lui aurais soufflé ma fumée à la gueule. Mais je n'avais pas de cigarette en main, et ce n'était pas vraiment le moment. Bref, je voyais bien que l'autre flic le suivait, et je n'allais pas chanter dans le rue "Si si, je suis une yakuza, je vends de la drogue en contrebande la nuit et on m'a jamais attrapé de la vie". Jamais, pas moyen. Je me contentai d'un simple « La fée clochette. » Non je n'aimais pas ce truc vert volant plus que les autres. Je ne trouvais pas le mot plus poétique que les autres. C'était juste ce qui me passait à l'esprit. Et puis, ça faisait gentille gamine, c'était pas plus mal.
Mais bon, j'étais tentée de rester sur les lieux et regarder ces deux-là se disputer un moment. C'était finalement tout ce à quoi la mission du flic s'était terminée. Risible. Enfin, je ne pouvais pas rester plantée là comme un bâton, je rajoutai un peu de dialogue dans la discussion : « Alors, tu nous fais quoi toi ? Tu vas laisser l'autre piailler ? » Si rien d'autre ne se passait dans ses rues, je reprenais ma marchandise, mon fric et une bonne tirette.


Spoiler:
 


avatar


Voir le profil de l'utilisateur

❖ Avatar : satô takeru
❖ Dispo : présent(e)
❖ Âge : 20 ans
❖ Nationalité : japonais
❖ Occupation : membre des black angels



Posté le Dim 17 Nov - 19:43
Qu'est-ce que les gens dans la rue peuvent m'énerver, surtout aujourd'hui. A peine arrivé devant cette fille à qui je demande qui elle est. Voilà que l'autre se rapplique en m'attrapant le bras. Et vas y que ça parle, que ça parle. Il a pas comprit qu'il me gonflait là, l'aveugle. J'ai autre chose de plus important à faire que de lui parler. Comme savoir qui est la bande qui se trouve sur le territoire des Black Angels. Enervé, je repousse le mec d'un mouvement de bras. Pendant que la gonzesse me répond qu'elle est la fée clochette. Mais je suis tombé où ici? Chez les bisounours ou quoi? "Et moi, je suis Peter Pan." Non mais franchement, les gens ont des comportements de plus en plus étranges. Au moment où je vais pour remettre à sa place une fois pour toute le type, voilà que la fée clochette sans ses ailes demande à je ne sais pas lequel des deux de laisser tranquille l'autre.

Arquage du sourcil droit de ma part, grimace qui se veut un sourire moqueur.
"Ecoute grand-père, tu commences à me saouler sévère là. Je me suis excusé mais si il le faut. Veuillez me pardonner oh monsieur de vous avoir bousculer. Même si c'est vous qui êtes en tord. Tout en parlant, je me suis amusé à le saluer mais bon, il est aveugle, il le voit pas. Et moi, je me sens ridicule. "Heureux? Bah, maintenant, tu peux aller voir autre part grand-père. J'ai autre chose à faire que de devoir te supporter le reste de la journée.

Maintenant, il reste la fée clochette. Mes sens me font comprendre que si elle m'a fait signe c'est pour une raison. Je croise mes bras tout en la regardant, attendant qu'elle m'explique le pourquoi du comment, je suis devant elle.

Citation :
Mais j'aime bien moi les pâtés sniff


 

Jeu de chat et de la souris [PV Watanabe Hiroto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le chat et la chauve-souris (Sélina Kyle)
» Jouer au chat et a la souris dans un tunnel, ça vous tente ? (Suite du rp studio)
» Jouons au chat et à la souris ! [Black-Mask & Duela Dent]
» Jouons au chat et à la souris [Silvestre]
» On joue au chat et à la souris, mais qui est le chat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» M I D N I G H T • I K E B U K U R O  :: Ikebukuro :: Metropolitan Art Space-